Que voulez-vous apprendre ?
-Homepage-   -Log Out-
Outils pour une formation en ligne
Autres outils utiles
 
Réussites du net 
Construire un site web
Les sites web "machines à sous" 
Référencement ? - Oui, mais...
 
Introduction au code php et html
Le code php et mysql
Mysql, PhpMyAdmin, Navicat
Install phpmyadmin, apache, mysql
Dreamviewer MX
Les feuilles de style css
Le DHTML 5
Langages de programmation
 
Java
Javascript
Jquery
Ajax
 
OS Linux en mode console
OS Linux en mode graphique
Teamviewer s/OS Linux
OpenSSL
Les switchs (configuration)
Tomcat
LVS KeepAlived
OpenLDAP
Virtualization
 
Sécurité serveurs Web et VoIP
Overload serveurs Web et VoIP
 
Technologies VoIP 
Surfer avec une clef 3G/4G
Géolocalisation
Clef USB 3G pour la VoIP (Contact us)
 
Les frameworks
CakePHP
Zend Framework
 
Les CRM (ODOO, SAP)
 
Intelligence artificielle
Restez jeunes !
() = Accès réservé
-Homepage-   -Log Out-

Démos en ligne
 
Site web de ventes de voitures
Compta en ligne-Démo gratuite
Prestashop (par un amateur)
Géolocalisation pour sidilocation.com (démo bientôt)
Recherche de doublons d'appels VoIP
  Bonjour, je suis
à votre disposition
via freelancer.com & upwork.com
sous l'identifiant
jmlambert
 

Quel est notre service ?

 
Vous rendre rapidement opérationnels.
Les concepteurs de logiciels vendent d'épais livres très chers où l'essentiel est oublié.
L'essentiel, on le trouve sur internet, par morceaux, et dans le bronx le plus total !

Nous vous ferons gagner du temps.

- Dans la section gratuite, nous débroussaillons le terrain.

- Dans la section payante, les membres inscrits -selon leur type d'abonnement-
trouveront "les tours de magie" !
 
Choisissez un type d'abonnement de la section payante !
 
Nous organisons des séminaires de formations par groupe de 6 personnes en nos locaux.
 
 
Cursus informatique:
Les succès du net

Réussir, "cartonner" sur le web, il y a plusieurs recettes.
 
Je veux parler de recettes éprouvées.
 
Voici quelques exemples de ceux qui ont réussi. Pourquoi ont-ils réussi à "sortir du lot" ? - Voilà la question à ce poser !
 
  • www.circlesgroup.com (assureur en ligne spécialisé en assurances de films, d'événements, de chavaux de courses, transport de diamants)
  • facebook (le réseau social, inutile de le présenter ni de mettre un lien actif)
  • https://hellojam.fr/ (répond par sms gratuits aux étudiants français qui demandent un renseignement pratique)
  • www.roomlala.com (location de chambres à louer)
 
Pourquoi ont-ils réussi ? - Creusons cette question...
 
  • Circlesgroup (initialement circlefilm) était le premier courtier à assurer des producteurs de films en ligne entre l'an 2000 et 2008. Le concept est copié depuis lors...
  • Facebook s'est construit dans le cadre d'un campus universitaire, en se rétribuant sur les publicités.
  • Hellojam utilise une intelligence artificielle en front-office, et limite les interventions humaines à l'amélioration du système.
 
- Alors, suggestions: Les recettes pour "sortir du lot"
 
- Se spécialiser dans un activité, éviter le "mass-market", en créant soi-même "sa niche".
 
- Solliciter de façon active une clientèle ciblée, sans verser dans le spam !
 
- Pour lancer une "machine à sous" (testée et prête), le plus rapide est de payer un moteur de recherche (comme Google et seulement pour une période limitée) afin d'être en 1ère page, et de commencer à rentabiliser immédiatement la "machine à sous".
 
- ASSURER le service qu'on propose, ou l'acheminement de ce qu'on vend !
 
- Proposer un service CONCRET, ou vendre du CONCRET ! (immédiatement disponible, et financièrement disponible)
 
- Si le service est gratuit, vivre de la publicité ! (en PROUVANT un taux de fréquentation atomisant)
 
- Pour lever des capitaux, recourir au crowfunding plutôt qu'aux banques. Exemples :
 
 
- Savoir revendre un concept où une société qui marche, quand on sent le vent tourner... et faire autre chose.
 
Autres innovations en cours
 
Les nouvelles technologies sont en train de bouleverser le secteur bancaire.

Du transfert d'argent aux crédits en passant par le financement des entreprises, les placements financiers et le courtage, quasiment chaque activité de la banque moderne est affectée par le tour de force de ces start-ups baptisées "Fintech" (contraction de finance et technologies).

- Les crédits/prêts -

Autrefois, le schéma était simple: une banque recevait des dépôts et prêtait ensuite cet argent en prélevant au passage une commission sous forme de taux d'intérêt.

Depuis la crise de 2008, ce modèle a vécu. Les plateformes électroniques de prêts entre particuliers ont émergé.

Contrairement aux banques, elles ne sont que des intermédiaires qui se rémunèrent en prenant un pourcentage de 0,5% à 5% en moyenne des sommes en jeu.

Leurs avantages: des taux d'intérêt bas, des démarches simplifiées, des délais raccourcis pour les emprunteurs et des risques de défauts mutualisés en fractionnant les prêts entre plusieurs prêteurs.

Le taux d'intérêt est établi en fonction du niveau de risque de l'emprunteur et varie entre 6 et 12%.

Tous types de prêts sont possibles: crédits à la consommation, prêts immobiliers, financements de projets de PME, prêts étudiants...

Le créneau de crédits sur les plateformes électroniques devrait représenter plus de 8% des crédits à la consommation aux Etats-Unis et 16% des prêts accordés aux PME dans cinq ans, d'après Morgan Stanley.

Les start-ups LendingClub et Prosper en sont les têtes de pont.

- Les paiements -

Les Fintech fabriquent des lecteurs de cartes bancaires qui peuvent être transformés en terminaux de paiement une fois branchés sur un smartphone ou une tablette. Une application mobile gérant les paiements, la facturation et la comptabilité est associée à ce lecteur.

Ce dispositif permet d'accepter les paiements par carte, moyennant une commission, de l?ordre de 3% par transaction.

A l'inverse, les terminaux de paiement traditionnels nécessitent des solutions tierces de facturation, de compatibilité et de gestion client, ce qui se révèle rapidement coûteux.

La start-up Square fait partie des pionnières.

Apple, Google, Samsung ont par ailleurs développé des systèmes permettant de payer avec son smartphone.

- Les transferts d'argent -

Les Fintech ont mis en place un système permettant à un utilisateur voulant virer de l'argent de le transférer sur un compte de la start-up qui crédite ensuite le compte du bénéficiaire dans la zone où l'argent doit être envoyé en repérant des clients qui veulent virer de l'argent en sens inverse.

Ce système permet d'utiliser le taux de change du milieu de la fourchette d'achat et de vente. Les frais ponctionnés se limitent donc à 0,5%, contre en moyenne 5% pour une banque traditionnelle. Il est notamment développé par WorldRemit et TransferWise et la technologie Blockchain (chaîne des blocs), apparue en 2009, pourrait encore accélérer les choses.

Elle fonctionne comme un grand livre de comptes ouvert, enregistre les détails de chaque échange et permet de se débarrasser des intermédiaires (les banques).

Cette technologie permet de faire circuler l'argent aussi librement que les données sur internet et augmente la sécurité des transactions qui sont toutes répertoriées sur une ligne de code unique. La start-up Digital Asset Holdings est en pointe dans ce secteur.

- Le courtage -

La technologie Blockchain devrait avoir une action "disruptive" sur les activités de marché. Les banques espèrent l'utiliser dans leurs salles de marché alternatives (dark pools) pour réduire l'avantage des courtiers de haute fréquence.

Après le transport et l'hôtellerie, les nouvelles technologies sont en train de bouleverser le secteur bancaire.

Du transfert d'argent aux crédits en passant par le financement des entreprises, les placements financiers et le courtage, quasiment chaque activité de la banque moderne est affectée par le tour de force de ces start-ups baptisées "Fintech" (contraction de finance et technologies).

- Levée des fonds -

Outre les plateformes de financement participatif (crowdfunding) qui aident tout un chacun à récolter de l'argent, les Fintech jouent aussi les entremetteurs entre les entreprises cherchant à se développer et les investisseurs.

Ce système épargne aux sociétés non cotées en Bourse de faire la tournée obligée des fonds d'investissement et des banques.

La start-up Circle Up permet aux entreprises de lever au moins un million de dollars en échange de participation dans leur capital.

- Placements financiers -

Les Fintech donnent accès à tous aux actifs qui jusqu'ici étaient réservés aux investisseurs institutionnels ou aux grosses fortunes.

Ces start-up permettent de choisir différents placements financiers, essentiellement des ETF (Exchange-Traded Fund ou fonds négociés en bourse) qui se négocient comme des titres individuels.

On peut les acheter et les vendre en temps réel à tout moment de la journée, contrairement aux FCP et SICAV conventionnels qui ne sont valorisés qu'à la clôture de la séance.

Tout est géré en ligne, les frais sont bas. Acorns et Betterment en sont les acteurs les plus en pointe.